Moissac, ville de Justes oubliée

Bienvenue

 Avec le soutien de François Hollande, Président de la République

Avec le soutien du Président du Sénat

Moissac ville de Justes oubliée

RENCONTRES-DEBATS 

27 et 28 avril 2013

En présence de : Boris CYRULNIK, Serge KLARSFELD, David ASSOULINE, Jean Raphaël HIRSCH

 le-groupe-en-40-3.jpg

« Parce que les moissagais se sont tus, le pire ici n’est pas advenu. »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Moissac, une petite ville du Sud Ouest de la France a abrité une maison d’enfants juifs. 500 enfants venus de tous les coins d’Europe y ont été recueillis. Tous ont échappé à la barbarie nazie.

Etonnamment, ce qui c’est passé à Moissac est largement resté hors des livres d’histoire, hors aussi de la mémoire collective. Et pourtant, pour que le pire n’advienne pas ici, il aura fallu que la force et le courage de Shatta et Bouli Simon, ce couple d’éclaireurs israélites dirigeants de la maison soient relayés par le soutien et le silence de toute la ville. Il aurait en effet suffit qu’une seule personne parle pour que la vie de ces enfants bascule dans l’horreur que l’on sait. Certains bien sûr à Moissac ont été reconnus « Justes parmi les nations ». Mais le rôle essentiel de l’ensemble de la ville et de ses environs n’a pas lui, reçu la reconnaissance méritée. A l’image du Chambon-sur-Lignon, cette histoire si exemplaire, si porteuse d’enseignements, de mémoire et d’espoir ne doit pas être oubliée.

C’est pourquoi nous organisons, avec le soutien de la municipalité et du Comité français du Yad Vashem, les 27 et 28 avril 2013, deux journées de rencontres et de débats afin de comprendre, faire connaître et reconnaître le rôle majeur de cette ville pendant cette période. 

Jean-Claude Simon et Annie-Claude Elkaim, Association « Moissac ville de Justes oubliée »

François Hollande, Président de la République

Extrait lettre datée du 6 novembre 2012

« […] Je tiens à saluer votre engagement en faveur de la pleine reconnaissance de l’action des hommes et des femmes qui – n’écoutant que leur conscience – permirent à près de 500 enfants réfugiés à Moissac d’échapper aux rafles et à l’extermination.
C’est pourquoi vous pouvez être certain de bénéficier de tout mon soutien dans la poursuite des initiatives que vous avez entreprises, afin que ne sombre jamais dans l’oubli cette œuvre digne et courageuse ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :